Interprétation de texte Aristote, Métaphysique E, 1027b(29)-1028(5)

Interprétation de texte

Aristote, Métaphysique E, 1027b(29)-1028(5)[1]

 

 

 

« […] ἐπεὶ δὲ συμπλοκή [30] ἐστιν καὶ διαίρεσις ἐν διανοίᾳ ἀλλ᾽ οὐκ ἐν τοῖς πράγμασι, τὸ δ᾽ οὕτως ὂν ἕτερον ὂν τῶν κυρίως γὰρ τὸ τί ἐστιν ὅτι ποιὸν ὅτι ποσὸν τι ἄλλο συνάπτει ἀφαιρεῖ διάνοια), τὸ μὲν ὡς συμβεβηκὸς καὶ τὸ ὡς ἀληθὲς ὂν ἀφετέοντὸ γὰρ αἴτιον τοῦ μὲν ἀόριστον τοῦ δὲ τῆς διανοίας τι πάθος [1028α] [1] καὶ ἀμφότερα περὶ τὸ λοιπὸν γένος τοῦ ὄντος, καὶ οὐκ ἔξω δηλοῦσιν οὖσάν τινα φύσιν τοῦ ὄντοςδιὸ ταῦτα μὲν ἀφείσθω, σκεπτέον δὲ τοῦ ὄντος αὐτοῦ τὰ αἴτια καὶ τὰς ἀρχὰς ὄν. φανερὸν δ᾽ ἐν οἷς διωρισάμεθα περὶ [5] τοῦ ποσαχῶς λέγεται ἕκαστον, ὅτι πολλαχῶς λέγεται τὸ ὄν.[2]

 

 

 

« […] puisque la combinaison et la division sont dans la pensée et non dans les réalités, et que l’être de cette sorte est différent des êtres au sens propre (car la pensée combine ou divise le ce que c’est, la qualité, la quantité ou une autre prédication), il faut laisser de côté l’être en tant que coïncident et l’être en tant que vérité ; en effet, la cause de l’un est indéterminée, celle de l’autre est une affection de la pensée. L’un et l’autre concernent le genre restant de l’être et ils ne montrent pas qu’il y ait, en dehors (de la pensée), une certaine nature de l’être. C’est pourquoi il faut laisser cela de côté, mais examiner les causes et les principes de l’être lui-même, en tant qu’être.[3]

 

 

 

INTRODUCTION

 

Même à partir de l’œuvre que nous appelons aujourd’hui Métaphysique on peut relever le fait que Aristote aurait dû se confronter avec, au moins, quatre problèmes. Le premier aurait été celui qui découlerait des théories appartenant aux philosophes précédents qui avaient une vision théologique de la nature. Un autre problème aurait été celui qui venait des théories physicistes soutenues sous différentes formes par les philosophes présocratiques. Le troisième problème aurait constitué la théorie platonicienne et surtout la théorie des idées. Un quatrième problème avec lequel Aristote aurait dû se confronter aurait été celui posé par la prolifération de la sophistique. Si nous devions nous rapporter au premier type de problème, c’est-à-dire aux théories théologiques, nous devrions, tout d’abord, faire une distinction entre l’utilisation de termes comme divin ou êtres éternels faite par Aristote en se référant à sa propre recherche et en se rapportant aux théories mythiques ou à des philosophes précédents qu’Aristote appelle théologiens et qui auraient posé le principe de ce que c’est dans les divinités. Quant à l’utilisation faite par Aristote de ces termes, et dont surtout le livre ou la recherche Λ semble tellement concentrée sur ces problèmes-là si de faire penser qu’il serait à saisir de façon individuelle par rapport aux autres livres qui composent la même œuvre et surtout séparé par les livres Z, H, Θ,[4]  il utilise ces termes ou liés à ce qu’il appelle philosophie première ou même philosophie théologique[5]. Mais cette utilisation n’a rien à faire avec la théologie[6] chrétienne et les interprétations théologiques de la Métaphysique aristotélicienne, à Aristote intéresse plutôt faire de la science, donc ce qu’il appelle théologie se fonde dans la philosophie, du fait ontologie, elle-même à comprendre comme science, comme celle que voudra faire Husserl plus tard, on pourrait dire. Par rapport aux références que Aristote fait à égard des mythes, nous pourrions observer seulement qu’au tout début, dans le livre A, il dit que « celui qui aime les mythes est d’une certaine façon philosophe »[7]. Il dit cela à cause de l’étonnement, mais en l’assimilant à l’ignorance et presque de la même façon il parle par rapport à ceux qu’il appelle théologiens qui, toujours par une forme d’ignorance, auraient mis comme principes des leurs conceptions de la nature des divinités. Il évoque l’exemple de ce qui serait l’origine de l’eau comme principe indiquée par Thalès[8] ou celui de Xénophane pour la théorie de l’un.[9] Donc, on pourrait dire que les différents types de recours à la divinité faites par les philosophes ou sous la forme des mythes ou sous celle des autres théories auraient eu comme origine quelque forme d’ignorance. Par rapport au problème qui vient des philosophies matérialistes des présocratiques, pour sa compréhension et pour voir comment il s’articule pour Aristote, ce serait assez offrir comme exemple seulement les tout-petits morceaux de la recherche aristotélicienne condensé dans quelques références. [10]

Par rapport au troisième problème signalé, c-est-à dire la théorie platonicienne des idées, on pourrait dire que toute l’œuvre de la Métaphysique peut être lue comme une confrontation avec ce problème ; il revient toujours dans l’argumentation aristotélicienne. Pour Aristote, Platon aurait agi en suivant Socrate, qui a cherché l’universel et a été le premier à réfléchir sur les définitions, donc Platon aurait pensé que celles-ci peuvent être thématisées par des êtres autres que les sensibles et donc il aurait introduit les idées comme formes, causes, des êtres sensibles.[11] Aristote voit l’introduction des formes éternelles des êtres sensibles même comme une absurdité.[12] Mais en faisant cela on a introduit, dit Aristote, d’autres êtres en nombre égal aux êtres sensibles.[13] Par rapport à la participation des choses aux idées, Aristote affirme que cela serait en effet un « parler pour ne rien dire ».[14]

Pour ce qui concerne le quatrième type de problème, c’est-à-dire celui de la sophistique que serait liée au langage et à la vérité ou plutôt à la logique du discours, Aristote l’a affronté mieux dans d’autres œuvres, ici on pourrait signaler seulement l’affirmation du principe de non contradiction[15] et du principe de tiers exclu.[16] Eu égard à la sophistique, Aristote dit que « Platon n’a pas eu tort de ranger la sophistique dans la région du non-être ».[17] Aristote explique cela avec le fait que les argumentations des sophistes concernent surtout le coïncident.[18] Il dit que le coïncident est « seulement comme un mot ».[19] Aristote offre une définition du coïncident tout de suite en disant qu’il est « ce qui n’existe ni toujours ni le plus fréquemment. (Autrement), comment en effet pourra-t-on apprendre ou instruire quelqu’un d’autre ?».[20]

Donc le coïncident n’est pas objet de science parce qu’il arrive comme en dehors de la règle, donc il reste, comme semble normal qu’il le soit, en dehors de la recherche aristotélicienne. Nous avons voulu surtout remarquer que ce qu’intéresse Aristote c’est de faire de la science et il y a donc des choses qui n’entrent pas dans cette recherche. Entre les choses qui restent en dehors de la démarche scientifique, qui avancent par l’argumentation et la démonstration, il y a le coïncident, la matière vue d’un certain point de vue et les principes de démonstration pour lesquels il est absurde chercher la démonstration en donnant des exemples.[21]  En effet, Aristote parle à un certain moment, en se référant aux théories de ceux qui l’ont précédé, d’une intelligence qui existerait même dans la nature et donc dans les animaux comme cause d’ordre[22]. Nous venons juste de faire référence à quelque chose que Aristote relève de ses prédécesseurs et nous pourrions lier ce fait avec la question posée par Aristote, et que nous avons citée ci-dessus[23], c’est-à-dire la préoccupation d’Aristote pour l’enseignement, donc pour la scientificité.[24] Par le fait qui concerne le recours que Aristote fait à l’histoire précédente de la pensée, on reconnaît que, fait partie de sa recherche le fait de présenter les opinions des philosophes antérieurs par rapport aux arguments qui font l’objet de la recherche aristotélicienne,[25] mais ici, dans la Métaphysique,  il donne aussi une raison pour cela. Il affirme que « chacun dit quelque chose sur la nature et, seul ; n’ajoute rien ou peu à la vérité, tandis que de tous ensemble naît une œuvre d’importance ».[26] C’est en raison de cela que Aristote appelle la science recherchée aussi « science de la vérité ».[27] Et c’est à remarquer qu’il avance de façon très intelligente en relevant des opinions des prédécesseurs qui constituent des aspects nécessaires pour les thèses aristotéliciennes et il fait cela comme une recherche continue de la vérité, mais que, par rapport à celle des sceptiques, par exemple, n’est pas seulement une espèce d’exercice, examen, sans donner son assentiment,[28] mais il cherche à fonder pas à pas, une science, c’est-à-dire fonder la démarche philosophique, en reconnaissant la vérité et en essayant de l’affirmer. Il faut, selon nous, noter qu’ Aristote est très conscient qu’ existent comme deux registres[29] : d’un côté, on pourrait dire qu’ il y a le registre d’ordre gnoséologique, c’est-à-dire la connaissance qui part, nécessairement, des opinions,[30] et d’autre part, il y a le registre, qu’on pourrait nommer, ontologique, qui est antérieur au premier et qui constitue la possibilité et la garantie de la vérité.[31] Donc, d’un côté, pour pouvoir enseigner, il y a besoin de la science et d’un autre coté on doit tenir en compte que le premier niveau de toute recherche est celui qui part des opinions.[32]

La mise interprétative de notre recherche serait celle de montrer que le changement du registre, signalé aussi au début du livre Θ,[33] serait annoncé par Aristote déjà dans le texte à interpréter, 1027b(29)-1028(5),  à la fin de livre E , et il serait renforcé dans la première partie du livre Z.[34]

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE

ARISTOTE, Métaphysique, trad. Marie-Paule Duminil et Annik Jaulin in Œuvres complètes, sous la direction de Pierre Pellegrin, Paris, Flamarion, 2014.

SEXTUS EMPIRICUS, Esquisses pyrrhoniennes, introduction, traduction et commentaires par Pierre Pellegrin, Paris,  Editions du Seuil, 1997.

http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%3Atext%3A1999.01.0051%3Abook%3D6%3Asection%3D1027b

[1] Texte présenté environ sous la même forme en tant que tentative d’une explication du texte en master MEEF, 2018-2019, chez M. Prof. David LEFEBVRE dans le cadre d’un cours donné sur le livre T de la Metaphisique d’Aristote, à la Paris-Sorbonne.  Donc ce texte est pris comment point de départ pour un désiré projet de recherche.

[2]http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%3Atext%3A1999.01.0051%3Abook%3D6%3Asection%3D1027b

 

[3] ARISTOTE, Métaphysique, trad. Marie-Paule Duminil et Annik Jaulin in Œuvres complètes, sous la direction de Pierre Pellegrin,  Paris, Flamarion, 2014 ., 1027b(29)-1028(5), p. 1831.

[4] Par rapport à cette possible séparation, nous avons pensé qu’elle ne semble pas être justifiée et que la rédaction de cet œuvre semble cohérente et son argumentation bien unitaire. Par rapport à l’argumentation faite par Aristote dans le livre Λ, nous a semblé n’être pas pour rien étrange, par rapport aux autres livres, pour le fait qu’Aristote en parle et prépare cette argumentation pendant toute l’œuvre. Cf. Ibid, par exemple, seulement quelques points : 993b(28-30), 996b(5-10), 999b(1-24), 1010a(20-25 ; 34),  1010b(30)-1011a(1), p.1795, 1012b(30-31), p. 1799, 1026a(1-20), p.1828.

[5] Cf. par exemple Ibid., 1026a(19), p. 1828.

[6] Cf. par exemple Ibid., 1026a(17-18), p. 1828 où le Stagirite lasse entrevoir que il considérait même les astres être des divinités.

[7] Ibid., 982b(18), p. 1740.

[8] Cf. Ibid.  983b(20)-984a(2), p. 1742.

[9] Cf. Ibid. , 986b(23-25), p. 1748.

[10] Cf. ibid., 984a(19-22) , p. 1743, 983b(7-8), p. 1742,  999b(2-17), p. 1773.

[11] Cf. Ibid., 987b(1-9), p. 1749.

[12] Cf. Ibid., 997b(6), p. 1769.

[13] Cf. Ibid., 990b(1-2), p. 1754.

[14] Ibid., 991a(20-21), p. 1755. Ce problème aurait besoin d’un autre projet de recherche, mais, pour l’instant, on pourrait tenir compte seulement de Platon, Parménide, 131e-132b.

[15] Cf. Ibid., 1005b(18-20), pp. 1785-1786.

[16] Cf. Ibid., 1012b(9-10), p. 1798.

[17] Ibid., 1026b(14-15), p. 1829.

[18] Cf. Ibid., 1026b(15-16), p. 1829.

[19] Ibid., 1026b(14), p. 1829.

[20] Ibid., 1026b(32), p. 1829.

[21] Cf. Ibid., 1011a(4-13), p. 1796.

 

[22] Cf. Ibid., 984b(15-16), p. 1744.

[23] Cf. supra la note 17.

[24]En effet, pour Aristote ce qui distingue celui qui sait de l’ignorant c’est la capacité à enseigner. Cf., par exemple, Ibid., 981b(7-8), p. 1738.

[25] Par rapport à ceci, nous pensons qu’il serait très bien venu pour la compréhension de la théorie aristotélicienne, par exemple, en se rapportant ici strictement à la recherche faite dans la Métaphysique, d’examiner attentivement ce qu’il apprécie des théories du passé et ce qu’il dit ce qui manque ou il n’est pas très bien précisé. Ainsi, on pourrait tenir compte de tout ce qu’il dit par rapport à celle-ci, comme, par exemple : quand il compare l’âme avec l’intelligence (cf. 985b(30), p. 1746), quand il dit que aucun des philosophes antérieurs n’a proposé clairement ni l’être ce que c’est ni la substance (cf. 988a(34-35), p. 1751)), il dit que les autres ont parlé de cause, non comme fin mais seulement comme point de départ du mouvement, cela a à beaucoup à faire, par exemple, avec notre texte (cf. 988b(1-11)), il dit que Anaxagore, par exemple, s’est servi beaucoup du concept de cause en l’appliquant aux différentes réalités sauf à l’intelligence ( 985(18-21, p. 1745)), il dit que Xénophane, avant de se tourner vers la divinité- toujours à cause d’une certaine ignorance – aurait proposé en premier la théorie de l’un (cf. Ibid., 986b(21-25), p. 1748), il affirme encore que les autres ont parlé du beau, de l’amour ou du bien comme cause, mais seulement par coïncidence (cf. 988b(15-16)p. 1751 et 985a(9-10), p. 1745),  il dit encore, par exemple, à égard d’ Empédocle, un chose très importante, c-est-à dire que il « affirme que l’os existe par la proportion ; et cela est l’être ce que c’est, c’est-à-dire la substance de la chose. » Ibid., 993(17-18), p. 1759, etc.

[26] Ibid., 993b(1-3), p. 1761.

[27] Ibid., 993b(20), p. 1761.

[28] Cf. par exemple, SEXTUS EMPIRICUS, Esquisses pyrrhoniennes, introduction, traduction et commentaires par Pierre Pellegrin, Paris, Editions du Seuil, 1997, I, 12(26), p.70 et ainsi de suite.

[29] Cf. Ibid., 1011a(22-24),  p. 1796.

[30] Cf. par example Ibid., 1011b(4-6), p. 1796.

[31] Cf. Ibid., 1011b(7), p. 1796.

[32] Cf. par exemple Ibid., 1010a(20–32), p. 1794.

[33] Cf. Ibid., 1045b(36), p. 1869.

[34] Cf.  surtout Ibid., 1029b(1-12), p. 1836.